You are currently viewing Calculer son Prix de Vente en Micro Entreprise ᐅ explications et exemple
  • Auteur/autrice de la publication :

Comment calculer son prix de vente en micro entreprise pour vivre confortablement de son activité ?

Quand on lance sa micro entreprise, il est important de savoir rapidement fixer les bons tarifs pour ses offres. C’est quoi un “bon” tarif ? C’est un prix juste tout simplement ! Juste pour tes clients en fonction de la valeur que tu leur apportes, mais aussi juste pour toi en fonction de ta rémunération, de tes charges et du temps passé à concevoir et délivrer ton offre. La balance doit être équilibrée des 2 côtés si tu veux que ton business fonctionne durablement. Mais alors concrètement, comment faire pour calculer son prix de vente en micro entreprise 🤔 !? Suis-moi, je vais t’aider à calculer le tien pas à pas. J’ai choisi d’illustrer chaque étape par un exemple pour que ce soit plus parlant et plus utile pour toi. Emma est rédactrice web en freelance et a opté pour le statut de micro entrepreneur.

1- Déterminer son seuil de rentabilité

Je me répète peut-être, mais c’est l’élément financier essentiel lorsque l’on démarre son entreprise… Quel chiffre d’affaires je vais devoir réaliser pour me verser la rémunération souhaitée et payer toutes mes charges ? C’est un calcul hyper simple et pourtant je constate que peu de micro entrepreneurs le font.
Il suffit tout simplement de lister sur un cahier ou un tableur toutes les charges que tu vas avoir (si si, tu les connais déjà pour la plupart ou tu peux les estimer… je t’entends, ne commence pas à te chercher des excuses pour ne pas faire l’exercice 😂).
Pour te donner des idées, reprenons notre exemple avec Emma, notre rédactrice web.

👩‍🎓 Calcul du seuil de rentabilité d’Emma : 

Charges fixes annuelles :
Responsabilité civile : 350 €
Assurance arrêt de travail (IJ) : 300 €
Mutuelle Santé : 300 €
Pack office : 144 €
Logiciel de facturation : 120 €
Compte bancaire : 100 €
Impôts CFE : 300 €
Total charges fixes : 1 614 €

Charges variables annuelles :
Emma n’a pas de charges variables car elle délivre des prestations de services. Sa marge commerciale est donc de 100 %. En revanche, tu devras également retrancher tes achats de matières premières et/ou achat de produits si tu fabriques un produit fini (type bijoux, tout type de créations artisanales ou artistiques…) ou que tu fais de l’achat/revente.
Total charges variables : 0 €

Charges de personnel annuelles :
Rémunération souhaitée : 21 600 € (1 800 € par mois)
Charges sociales URSSAF 22.20 % : 6 624 € (= ton chiffre d’affaires seuil de rentabilité * 22.20 % => l’explication sur le calcul de ce chiffre se trouve dans les lignes qui suivent).
Ton taux de cotisation Urssaf dépend de ton activité. Dans notre exemple, il s’agit de la vente de prestations de services, donc du BNC avec un taux de cotisation à 22.20 % (cotisations sociales + contribution formation professionnelle).

Total charges de personnel : 28224 €

= Chiffre d’affaires seuil de rentabilité : 29 838 €

Bon ok, tu as une toute petite équation à résoudre pour trouver ton montant d’Urssaf et ton CA de rentabilité : prenons “x” = ton seuil de rentabilité => x = total charges / 1 – (ton taux Urssaf/100) => x = 23 214/(1-0.222) = 29 838 €.
Le chiffre d’affaires représentant le seuil de rentabilité d’Emma est donc de 29 838 €, soit 2 486 € par mois. Pour pouvoir se rémunérer 1 800 €, il faudra donc qu’elle encaisse 2 486 € de chiffre d’affaires par mois (sur 12 mois).
J’espère que désormais tu comprends bien l’importance de connaître ton seuil de rentabilité et de ne pas faire l’amalgame entre chiffre d’affaires et rémunération 😊. C’est essentiel pour bien calculer son prix de vente en micro entreprise. Note également que l’entreprise d’Emma ne sera pas soumise à la TVA car elle est en deçà du seuil des 34 400 € de chiffre d’affaires pour les prestations de services.
Allez, je sens que tu deviens chaud (bon ok, je fantasme un peu peut-être là 😂), on continue 😉 !

2- Estimer son nombre de jours productifs

Une fois ton activité lancée, tu ne pourras pas consacrer tout ton temps à la vendre et à la production. En effet, tu vas devoir enfiler plusieurs casquettes pour faire fonctionner ton entreprise. Voici toutes les tâches que tu devras également prendre en compte :

Ton administratif : pas glamour certes, mais néanmoins indispensable si tu veux que ton business fonctionne : on retrouvera derrière cela : établir tes devis, tes factures, tes relances, tes liens avec l’administration (Urssaf, CFE…), ton assureur, les réponses mails à tes clients ou prospects.

Ton suivi de gestion : s’assurer que tout est sur les rails et apporter des actions correctives si besoin. Si tu fais le job au départ avec de bons outils simples et pratiques, l’exercice ne te prendra pas plus d’une petite heure chaque mois.

Ta prospection : au démarrage, ton carnet de commande ne va pas être plein, mais je te souhaite que ce soit rapidement le cas ! Soyons réaliste, la plupart du temps, tu devras prospecter un peu et aller chercher de nouveaux clients en étant actif sur les réseaux sociaux, par exemple, en participant à quelques événements ou en allant à la rencontre de personnes qui peuvent t’apporter de futures opportunités… Qu’importe ! Les méthodes de prospection sont multiples et là n’est pas le sujet. Mais note juste que cela va te prendre du temps et que tu devras en tenir compte.

Ta communication : animer tes réseaux sociaux et produire les contenus que tu publies pour montrer ton expertise et augmenter ta visibilité, par exemple (posts, stories, réels, live, articles de blog, etc.).

Tes temps d’apprentissage et de perfectionnement. N’oublie pas qu’il est très important d’investir sur toi et de toujours apprendre pour monter en compétences. Cela peut donc passer par de la formation auprès d’experts ou de mentors, mais également par de l’auto-formation avec la lecture de bouquins, de contenu gratuit, etc.

Tes congés ! Ben oui, tu vas bien prendre quelques jours ou semaines de congés dans ton année quand même, non 😂 !?

👩‍🎓 Reprenons l’exemple d’Emma…

Emma souhaite garder ses week-ends pour se reposer et partager du temps avec sa famille.

Elle dispose donc d’un potentiel de jours travaillés annuels de 260 jours (52 semaines * 5 jours). À ce potentiel, nous allons déduire les jours de congés et “non productifs” :

  • 30 jours de congés (6 semaines/an)
  • 12 jours d’administratif (1 jour/mois)
  • 3 jours de suivi de gestion (temps initial et 1 h chaque mois)
  • 12 jours de prospection par an (1 jour/mois)
  • 36 jours de communication (production de contenus et animation des réseaux sociaux : 3 jours/mois)
  • 24 jours de formation et auto-formation (2 jours/mois)

=> soit 117 jours non productifs à déduire (tu comprends l’importance de ne pas les oublier 😂 ?). Il reste donc à Emma 143 jours “productifs”par an.

3- Calculer son prix de vente en micro entreprise afin qu’elle soit rentable

Une fois ton seuil de rentabilité déterminé, ainsi que ton nombre de jours productifs estimés, tu y verras déjà plus clair ! Tu vas pouvoir calculer le chiffre d’affaires que tu dois rentrer sur ces jours de production et le comparer avec le temps passé à produire une offre ou à fabriquer un produit. C’est un peu le moment de vérité 😁 ! Je sais que cela peut être un poil stressant, mais il vaut mieux avoir conscience des choses à ce stade, tu ne crois pas ? Le problème (s’il y en a un) ne disparaîtra pas tout seul, sois en sûr 😁. Tu le constateras de 3 manières : 

✔ un revenu toujours inférieur à tes aspirations.

✔ tu travailles plus qu’en étant salarié pour gagner autant ou même moins parfois.

✔ ton revenu est correct, mais tu te sens clairement débordé et tu es au bord du burn out.

👩‍🎓 Reprenons l’exemple d’Emma et aidons là à calculer son prix de vente en micro entreprise…

Afin de se rémunérer 1 800 €/mois et payer toutes ses charges, Emma devra réaliser 29 838 € de chiffre d’affaires. En parallèle, on a vu qu’elle pourra consacrer environ 143 jours effectifs par an pour produire ses prestations de services de rédaction web. Elle devra donc facturer 208 € par jour productif si elle arrive à remplir son planning à 100 %. Partons du fait que l’activité principale d’Emma est la rédaction d’articles de blog (sur la base de 1 000 mots par article) pour plusieurs clients réguliers. Emma met en moyenne 5 h pour rédiger un article et le livrer optimisé et prêt à publier. Sur la base d’un jour productif de 7 h, elle peut donc rédiger 200 articles par an. Si on confronte ce temps de production à son seuil de rentabilité annuel (29 838 €) et à son nombre de jours productifs, elle devra donc vendre 200 articles de blog/an et les facturer en moyenne 149 € chacun, afin que son entreprise soit rentable et qu’elle puisse se verser le revenu attendu.

4- Comparer ce prix aux prix du marché

Tu disposes maintenant du prix auquel, idéalement, il faudra que tu vendes ton offre afin que ton business tienne la route et que tu puisses te rémunérer au niveau espéré. Ok ! Mais est-il cohérent avec les prix du marché et de tes concurrents ? Et si ce n’est pas le cas, qu’apportes-tu de plus ? Quelle différenciation ou apport de valeur supplémentaire te permettrait de facturer plus cher ?

👩‍🎓 Reprenons l’exemple d’Emma :

Un article de blog se facture généralement au mot. Prenons un tarif moyen de 0.15 € le mot pour une rédactrice moyennement expérimentée comme Emma, soit environ 150 € l’article de blog de 1 000 mots. Avec un prix de vente minimum à 149 € l’article de blog pour être rentable, Emma est donc dans le match. Attention tout de même, ce tarif tient compte d’un planning rempli à 100 %, soit 200 articles de blog rédigés par an.

>> Si tu es rédacteur web, tu peux aussi lire l’article Tarifs rédacteur web : méthode et exemple pour fixer ses prix.

Voilà, j’espère que désormais tu en sais plus sur la manière de calculer son prix de vente en micro entreprise et que tu mesures l’importance de l’appliquer à ton propre business. Si tu ne te sens pas de le faire seul, je te rappelle que je peux t’accompagner dans cette démarche grâce à mon programme individuel « Rentabilité chérie« .

On en discute ensemble si tu veux 😊 ?

Céline

Cet article a 2 commentaires

  1. Marie-Charlotte

    Merci pour cet article très intéressant et utile ! On voit toute l’utilité de bien travailler son projet dans les moindres détails pour éviter les mauvaises surprises / déceptions. Merci !

    1. Céline

      Merci Marie-Charlotte ! J’espère ne pas en avoir découragé certains 😁 ! Mais effectivement, l’objectif est surtout de prendre conscience qu’il est important de faire ce travail avant de se lancer ! Dans tous les cas, s’il s’avère que le modèle économique n’est pas suffisamment rentable, il peut être retravaillé et il existe pleins de solutions ! Mais mieux vaut avoir cette réflexion en amont pour éviter de perdre du temps et de se décourager 😉 !

Laisser un commentaire