You are currently viewing L’entrepreneuriat au féminin en 2022
  • Auteur/autrice de la publication :

L’entrepreneuriat au féminin : où en sommes-nous en 2022 ?

35 % des entreprises créées sont dirigées par des femmes*. Nous sommes encore relativement loin d’une parité, mais on avance doucement et dans le bon sens 😉 ! À l’occasion de la journée internationale des droits des femmes du 08 mars, j’ai eu envie de faire un focus sur l’entrepreneuriat au féminin. Quels sont les constats majeurs en 2022 ? Quelles sont les principales difficultés auxquelles les femmes sont encore confrontées aujourd’hui ? Je t’expose les problèmes, mais aussi les solutions ! Voyons quels sont les leviers existants pour faciliter l’entrepreneuriat féminin.

Les constats majeurs sur l’entrepreneuriat au féminin en 2022

Les femmes entrepreneures sont plus diplômées

Selon l’Insee, les créatrices d’entreprise sont plus diplômées que les créateurs. 4 femmes sur 10 possèdent un diplôme de deuxième cycle, contre 2 sur 10 chez les hommes. Cela s’explique essentiellement par le choix de l’activité exercée en indépendant. En effet, la majorité des femmes s’orientent vers les métiers de services à la personne, de conseils, de commerce, de la santé et du social, alors que les secteurs du bâtiment et du transport, par exemple, nécessitant des diplômes type BEP, CAP, BP, sont très représentés par les hommes.

Les entreprises créées par les femmes sont de taille plus petite

Là encore, le choix de l’activité exercée a son rôle à jouer dans la taille de l’entreprise créée. Pour reprendre l’exemple des secteurs du bâtiment et du transport, très représentés par les hommes, ils nécessitent, en général, une masse salariale importante, et la taille de l’entreprise peut vite prendre de l’ampleur. À l’inverse, les activités de services, de conseils, de commerce, de santé ou dans le social, sont souvent exercées seul, sans nécessité d’avoir recours à des salariés.

Un développement plus lent pour l’entrepreneuriat au féminin

On peut trouver plusieurs critères :

  • L’activité nécessite à elle seule un développement limité. Si par exemple, tu t’installes en tant que sage-femme libérale, le nombre de tes patientes sera limité, le temps de tes journées n’est pas extensible à l’infini 😁.
  • Des aspirations différentes : se mettre à son compte avec la motivation première d’être épanoui aura forcément un impact différent que celui de la réussite sociale par exemple. L’épanouissement est une motivation que l’on retrouve fréquemment chez les femmes entrepreneures.
  • Des préjugés encore présents sur la femme qui serait moins fiable, moins forte, moins disponible (ben oui, qui est-ce qui va gérer les enfants malades 🤪 !?) que leurs homologues masculins. De ce fait, moins d’appuis, d’aides, de confiance accordée pour des financements, levées de fonds et prises de participation en capital.

Les freins à l’entrepreneuriat féminin

Le manque de confiance en soi et d’estime de soi

Pour avoir accompagné des centaines d’hommes et femmes entrepreneurs au cours de ma carrière en banque, je peux te dire qu’il y a une différence majeure entre la femme et l’homme qui entreprend : c’est la confiance et l’estime qu’ils se portent ! Une femme aura, bien souvent, beaucoup moins confiance en ses capacités à développer son entreprise, surtout pour les moins diplômées. L’homme, quant à lui, aura beaucoup moins de doutes, et se dira plus facilement que tout est possible. J’ai aussi pu constater qu’une entrepreneure aura, généralement, moins d’ambition économique et se contentera plus facilement d’une situation précaire. L’entrepreneur visera plus haut et sera plus gourmand dès le départ. Les fausses croyances ancrées en chacun de nous ont la vie dure et sont encore bien présentes.

Les projets familiaux

Les projets familiaux, notamment la volonté d’avoir des enfants ou la présence de bambins en bas âge dans le couple, peuvent être des freins à l’entrepreneuriat au féminin. En effet, les femmes concernées ont souvent peur de ne pas pouvoir être suffisamment disponibles pour leur projet d’entreprise (temps, énergie, pensées, réflexions). Il n’est pas rare d’entendre “j’attends que les enfants soient un peu plus grands et autonomes pour penser à moi”. Cependant, je vois aussi de plus en plus de jeunes femmes choisir l’indépendance pour leur activité professionnelle (les mampreneures), justement pour pouvoir gérer leur temps comme elles le souhaitent. Elles optent pour l’entrepreneuriat pour pouvoir concilier leur vie pro avec une vie de famille épanouissante, et ça, ça me fait grave plaisir 😍 !

Les projets professionnels du conjoint

Je trouve ce constat plutôt triste, mais privilégier les projets pro du conjoint serait le second frein des femmes pour se lancer dans un projet d’entreprise (source : Cairn). Nombreuses sont encore les femmes qui sont tributaires (consciemment ou non) des mutations récurrentes, des déplacements fréquents ou des promotions de leur conjoint, et qui mettent de ce fait leur projet entre parenthèses pour le suivre ou pour gérer seule la vie de famille en son absence. Heureusement, je vois aussi beaucoup de femmes rebondir dans ce genre de situation, en créant une activité 100 % en ligne, et tenter de concilier épanouissement professionnel et vie de famille. Certains nouveaux métiers, sur-représentés par les femmes, ont explosé ces dernières années : rédactrice web, assistante virtuelle, coach, etc.

Les leviers pour faciliter l’entrepreneuriat au féminin

Se faire accompagner

Pour booster ta confiance en soi et ton estime de toi, n’hésite pas à te faire accompagner. Il existe plein de coachs géniaux qui t’aideront à trouver ta zone de génie, identifier et utiliser tes ressources internes et oser briller 🤩 ! En ce qui concerne la création d’entreprise et ses différentes étapes, c’est pareil ! Il existe de nombreux indépendants qui peuvent t’aider sur le sujet. Il y en a forcément un avec qui tu matcheras. Par exemple, grâce à mon programme d’accompagnement individuel, je peux t’aider à construire un modèle économique rentable et vérifier la viabilité de ton projet. Tu pourras ensuite lancer ton entreprise avec des fondations en béton 💪 !

Les réseaux exclusivement féminins

Les réseaux exclusivement féminins permettent d’échanger avec d’autres femmes sur les forces et les difficultés de l’entrepreneuriat au féminin, sur des sujets de préoccupation pro, mais aussi d’organisation personnelle. Ce sont, en général, des réseaux où règnent solidarité, bienveillance, entraide, écoute et sororité. Cette première dimension n’empêche pas d’intégrer également une dimension plus “business” et ambitieuse, avec des recommandations et des apports d’affaires entre les membres du réseau. Au niveau national, tu peux retrouver Femmes business angels, Girlz in Web (numérique), StartHer (tech), etc. De nombreux réseaux régionaux se sont aussi développés, renseigne-toi près de chez toi. Pour la région Bretagne, les plus connus sont “Entreprendre au féminin Bretagne” et “Femmes de Bretagne”.

La garantie égalité femmes

Tu connais la “garantie égalité femmes” (ex. FGIF) ? Le réseau national France Active, soutenu par l’Union européenne, propose une garantie spécifique pour les femmes entrepreneures. L’organisme peut se porter garant sur 80 % du montant de ton projet de création d’entreprise (max. 50 000 €). Je t’assure que cela peut faire la différence lorsque tu vas voir ton banquier et que tu le sollicites pour un financement. En plus, la banque ne peut pas engager ta caution personnelle sur les 20 % restants, donc tu minimises ta prise de risque financière et le banquier aussi : gagnant-gagnant !

Bon, je ne sais pas ce que tu en penses, mais, perso, je trouve que ce petit état des lieux sur l’entrepreneuriat au féminin est plutôt encourageant, même si certains préjugés et quelques fausses croyances sont encore tenaces. Il en va du rôle de chacune d’entre nous de changer les mentalités et les perceptions (internes et externes) !

Céline 🍋

* Dernière étude Insee sur l’entrepreneuriat féminin.

Laisser un commentaire