You are currently viewing Reconversion professionnelle à 40 ans vers l’entrepreneuriat
  • Post author:

Reconversion professionnelle à 40 ans vers l’entrepreneuriat : étapes et démarches

Tu approches de la quarantaine, voire tu as déjà franchi ce cap avec plus ou moins de satisfaction. Globalement, tu dirais que tout va bien, mais au fond de toi, tu ne te sens pas complètement alignée avec ta vie pro. Tu te dis que tu aimerais enfin penser à toi, te réaliser, avoir un métier qui ait du sens. En bref, tu ressens un profond désir d’épanouissement et d’accomplissement professionnels !
L’entrepreneuriat te tente, tu le vois comme l’opportunité de pouvoir exercer ton expertise selon tes valeurs et tes aspirations, acquérir de nouvelles compétences pour réinventer ta vie pro, ou encore, faire de ta passion ton métier !
Mais voilà… tes ardeurs sont vite calmées par l’immensité de la tâche qu’il te semble devoir accomplir pour y parvenir et il te reste ces deux grandes questions : changer ok, mais pour faire quoi ? Quelles sont les différentes possibilités qui s’offrent à moi pour passer du salariat à l’entrepreneuriat ?
Choisir une reconversion professionnelle à 40 ans vers le statut d’indépendant, c’est possible bien évidemment ! Je te guide dans les différentes étapes d’un bilan de mi-parcours pour enfin tendre vers le job qui te donnerait le smile au quotidien. Ensuite, je t’expose les différentes démarches qui s’offrent à toi pour faire de ton rêve une réalité 😊 !

Reconversion professionnelle à 40 ans : les 5 étapes pour réussir ton virage vers l’entrepreneuriat

1. Sois rassuré

Alors déjà, ça va peut-être te remonter le moral si je te dis que 40 ans, c’est le bon moment ! Pourquoi ?
✔ Tu as acquis beaucoup d’expérience et développé autant de compétences (professionnelles bien-sûr, mais aussi humaines et sur la vie en général).
✔ Tu disposes, la plupart du temps, d’un bon réseau professionnel ou tu sais comment te le constituer et où aller le chercher (t’es un peu plus dégourdi qu’à 20 ans quoi 😂).
✔ Tu as une meilleure connaissance de toi-même : tu identifies mieux tes fonctionnements, tes mécanismes, tes peurs et tu sais mieux te concentrer sur l’essentiel tout en restant lucide sur tes éventuels blocages.
✔ Tu es grosso modo à la moitié de ta vie pro (ouais je sais, c’est flippant) donc tu ne crois pas qu’il est plus que temps de penser à toi et à ton épanouissement 😁 ?

2. Identifie ta zone de génie

Une fois que cela est dit, je t’invite à faire le point sur ta zone de brillance ou d’excellence… Objectif ultime : être épanoui et aligné avec son futur projet ! Ta zone de génie sera une bonne piste pour tendre vers ton alignement professionnel, c’est-à-dire le job qui te permettra d’être en accord avec ta nature et tes aspirations.
Commence par te poser les 4 questions suivantes :
✔ Qu’est-ce que j’aime faire au point de ne plus voir le temps passer ?
✔ Pour quoi suis-je doué ? Sur quels sujets vient-on me demander conseil régulièrement ?
✔ Qu’est-ce qui me semble naturel chez moi et qui peut susciter l’étonnement, l’admiration ou l’émerveillement des autres ?
✔ Dans quel contexte je me sens pleinement à ma place (activité, projet, domaine…) ?

3. Détermine ton aspiration de vie pour une reconversion professionnelle à 40 ans réussie

Maintenant que tu sais dans quel domaine tu peux apporter de la valeur ajoutée (avec un sentiment de plénitude en prime 😊), pose-toi la question de tes aspirations de vie et sois lucide sur tes blocages ou points de fragilité éventuels :
✔ Aimes-tu travailler seul ou plutôt entouré ?
✔ As-tu besoin de sortir de chez toi pour bosser ou travailler à la maison est-il envisageable ?
✔ Aimerais-tu pouvoir moduler ton temps de travail à ta guise ou l’absence de cadre te fait-il, au contraire, très peur ?
✔ Souhaites-tu pouvoir voyager comme tu le souhaites ou travailler de n’importe où ?
✔ As-tu besoin d’une grande sécurité financière ou acceptes-tu une prise de risque modérée ?
✔ Acceptes-tu de sortir de ta zone de confort et de consacrer du temps et de l’énergie à de nouveaux apprentissages ?
Pas de bonnes ou mauvaises réponses, mais seulement des points dont il vaut mieux avoir conscience avant de se lancer dans l’entrepreneuriat. Mieux vaut avoir pensé aux solutions alternatives avant de se lancer dans une reconversion professionnelle à 40 ans et appréhender avec plus de sérénité l’éventuel inconfort le moment venu.

4. Trouver une idée de business

Grâce à ces 3 premières étapes, tu devrais déjà commencer à voir se dessiner l’esquisse de ton futur business. Si cela ne te semble pas encore tout à fait évident, je te conseille la lecture d’un de mes précédents articles où je te livre 4 pistes pour trouver une idée de business.
Une fois cette étape franchie, il faudra ensuite que tu structures ton projet afin de lui poser des bases solides et vérifier qu’il soit viable pour pouvoir te rémunérer. 
Si tu as besoin d’aide pour cela et que tu souhaites te sentir épaulé, je t’invite à consulter mes offres d’accompagnement.

5. Se former si nécessaire

Une fois ton projet éclairci, ce sera le moment de faire le point sur les compétences nécessaires pour réaliser ce nouveau challenge. Disposes-tu de toutes les connaissances ou aptitudes indispensables à l’exercice de cette nouvelle activité ? Si ce n’est pas le cas, n’hésite pas à consulter le catalogue des formations éligibles au CPF et vérifie que celle dont tu aurais besoin est à ta disposition. Elle aurait le gros avantage d’être partiellement ou totalement financée par ton compte formation suivant les droits dont tu disposes. De plus, la plupart des formations sont réalisables en parallèle de ton taff salarié et sans obligation d’en avertir ton employeur !

Les différentes démarches possibles quand on veut quitter le salariat pour l’entrepreneuriat

Une fois que tu as effectué ton bilan de mi-temps professionnelle, que tu as trouvé le business qui te redonnera la banane au quotidien, et que tu te sens prête à franchir ce cap, tu as 2 solutions particulièrement intéressantes pour quitter le salariat vers l’entrepreneuriat.
Ces 2 options te permettent de lancer ton activité sereinement avec une prise de risque financière modérée. Elles ouvrent le droit aux allocations chômage pendant maximum 24 mois, si tu as suffisamment cotisé, et ça, c’est le top ! Tu as 2 ans devant toi pour lancer ton activité et la rendre rentable, elle est pas belle la vie ?

1. La rupture conventionnelle

Ce mode de rupture de contrat est le plus utilisé en France aujourd’hui pour quitter son statut de salarié en CDI et créer son entreprise. Il te permet, en commun accord avec ton employeur, de rompre ton contrat. Cette démarche a 3 avantages :
✅ Elle te donne accès aux allocations chômage (Aide au Retour à l’Emploi) et ainsi te permet de créer et lancer ton business sans trop de contraintes financières. Tu peux évaluer tes droits en amont puisqu’ils sont calculés en fonction de tes revenus salariés des 12 derniers mois. + lien sur le site de Pôle Emploi.
✅ Le second avantage d’une rupture conventionnelle pour une reconversion professionnelle à 40 ans, est que ton employeur est dans l’obligation de te verser une indemnité de fin contrat. Si cela fait quelques années que tu fais partie de l’entreprise, cela peut représenter une coquette somme, forte utile quand tu te lances.
✅ La possible rapidité d’exécution est un troisième avantage. En effet, comme il s’agit d’une rupture à l’amiable, si ton employeur est “ok”, il peut te libérer de tes obligations professionnelles très rapidement.
Maintenant, tu l’as bien compris, la fragilité de ce dispositif réside dans le plein pouvoir que ton employeur a d’accepter ou de refuser cette rupture conventionnelle. Il se peut d’ailleurs qu’il te propose d’effectuer un abandon de poste pour éviter d’avoir à te verser l’indemnité et que tu puisses bénéficier des allocations chômage malgré tout, mais cette solution ressemble plus à de la bidouille qu’à un dispositif légal.

2. Le dispositif Macron pour les démissionnaires

Avec le dispositif Macron pour les démissionnaires, tu disposes des mêmes droits aux allocations chômage qu’avec la rupture conventionnelle.
En revanche, tu restes complètement indépendant dans la réalisation de ton projet et tu ne donnes aucun pouvoir, même minime, à ton employeur sur le bon déroulement de ce dernier. En cas de refus de ton futur ex-boss, tu évites les tensions éventuelles et les messes basses en salle café 😁 ! Si tu veux savoir si tu es éligible à ce dispositif, je t’invite à lire mon article sur le sujet. Personnellement, c’est ce dispositif que j’ai choisi car je ne me voyais pas dévoiler mon projet (qui n’était pas si éloigné de mon activité salarié) pour ensuite avoir un “non” ou un “oui” avec conditions. Cette idée m’était insupportable, rien que d’y penser 😂 ! Au final, au vu de mon entretien RH avant mon départ, je pense qu’ils auraient accepté une rupture conventionnelle, car cela ne faisait que 2 ans que j’étais dans l’entreprise et que l’indemnité de fin de contrat à me verser n’aurait pas été trop élevée. Mais qu’importe, je ne regrette absolument rien ! Avec le dispositif Macron, tu dois constituer un dossier complet pour prouver le caractère réel et sérieux de ton projet. Il sera ensuite présenté lors d’une commission, qui acceptera ou pas de te délivrer le fameux sésame 😉. Et ce travail, est en fait un super exercice avant de te lancer, car il t’oblige à te poser les bonnes questions et te fera gagner un temps précieux par la suite. Tu devras par exemple t’interroger sur ta future cible, tes offres, le marché et la concurrence, ainsi que sur la viabilité de ton projet. Si ça t’intéresse, j’ai consacré un article entier à la réalisation d’un dossier béton où je te livre toutes les étapes et les attentes de la future commission.

Voilà, j’espère que tu as pris pleinement conscience de la possibilité de réaliser une reconversion professionnelle à 40 ans et que certains mots ou certaines phrases ont résonné en toi 😊. Comme pour n’importe quel changement, il aura toutes les chances de réussite si tu effectues un bon travail de fond.

Alors, prêt à franchir le pas ? Viens m’en parler 😉 !

Céline 🍋

Laisser un commentaire