You are currently viewing Tester son projet d’entreprise sans quitter son emploi salarié
  • Auteur/autrice de la publication :

Tester son projet d’entreprise en continuant d’exercer son emploi salarié

Tester son projet d’entreprise en parallèle de son emploi salarié, c’est un peu sport, mais tout à fait réalisable ! C’est une très bonne idée et une réelle opportunité pour ta future activité. Je l’ai fait avant de quitter mon statut de salarié et aujourd’hui, je te propose de t’éclairer sur la manière de procéder. Tu verras que les avantages sont nombreux et pour te convaincre, je partage avec toi ma propre expérience. Si tu veux savoir comment j’ai testé mon projet d’entreprise, en parallèle de mon job dans la banque, avant de me lancer dans l’entrepreneuriat, suis-moi !

Sommaire :
Tester son projet d’entreprise en side project
Les avantages de rester salarié pour tester son projet d’entreprise
Comment j’ai testé mon projet en parallèle de mon job dans la banque avant de me lancer

Tester son projet d’entreprise en side project

Créer une micro-entreprise

Créer son entreprise tout en continuant à exercer son activité salariée est tout à fait possible. Cela demande un peu d’organisation, mais c’est loin d’être insurmontable, surtout si tu es motivé 💪. En effet, il se peut que pour des raisons économiques, tu ne puisses pas demander un congé pour création d’entreprise ou un passage à temps partiel, car tu as besoin de ton salaire pour vivre, tout simplement 😁 ! Cela a été mon cas il y a 4 ans, je voulais tester mon projet d’entreprise avant de prendre la décision de faire le grand saut vers l’entrepreneuriat, sans pour autant me retrouver sans revenu. La solution idéale pour moi a été la création d’une micro-entreprise en parallèle de mon activité salariée. Cela n’engendre aucun frais et en 10 clics et 10 minutes sur le site officiel Auto-Entrepreneur, c’est chose faite ! Tu auras ensuite seulement à effectuer ta déclaration de chiffre d’affaires tous les mois ou tous les trimestres, c’est tout ! Si tu ne réalises pas de chiffre d’affaires sur une période donnée, tu devras déclarer une somme nulle, mais tu n’auras aucune charge sociale à payer. Intéressant, non ? En ce qui concerne la CFE (Cotisation Foncière des Entreprises), tu en es exonéré la première année et les années suivantes si ton chiffre d’affaires annuel n’excède pas 5000 €.

Respecter les clauses de son contrat de travail

Alors, niveau employeur, il y a quelques règles à respecter quand même ! Tu devras vérifier qu’aucune restriction ne figure sur ton contrat de travail. Dans tous les cas, un salarié a une obligation de loyauté envers son employeur, c’est-à-dire que tu ne devras pas exercer une activité qui entre en concurrence avec celle de l’entreprise qui t’emploie et que tu ne devras pas bosser pour ta nouvelle activité entrepreneuriale sur tes heures de travail salariées. Si ton contrat comporte une clause d’exclusivité, tu n’auras pas le droit d’exercer une quelconque autre activité, y compris une activité indépendante. Cependant, si c’est le cas, je t’invite quand même à aller en discuter avec ton service RH, car si ton activité est différente de celle exercée dans ton activité salariée, une exception est peut-être envisageable.

Les avantages de rester salarié pour tester son projet d’entreprise

✅ Pas de pression financière

Tu l’as bien compris, l’avantage principal est économique. En effet, dans ce cas de figure, tu conserves ton revenu salarié à 100 %, ce qui te permet de maintenir un confort financier tant que tu n’es pas sûr de franchir le pas de l’entrepreneuriat. Et le GROS avantage est que tu vas pouvoir tester beaucoup de choses pour ta future activité sans te soucier de sa rentabilité, puisque tu n’as pas besoin de te dégager de revenu dans l’immédiat pour en vivre. Cela te permet de prendre ton temps pour tester ton idée de business sans avoir de pression financière sur les épaules !

✅ Un gain de temps

Un apprentissage et une expérimentation de plusieurs mois vont te faire gagner un temps précieux pour la suite. Les moments que tu auras passés à tester, rencontrer de nouvelles personnes, construire (et déconstruire 😁), dépasser tes peurs et sortir de ta zone de confort, sont un gain de temps énorme qui te permettra de partir sur des bases plus solides une fois lancé. Tu peux par exemple, commencer à construire ta communauté sur Instagram, faire le prototype de ton produit, tester ton service auprès de bêta-testeurs, construire ton site web, et, bien sûr, réaliser tes premières ventes 😉 !

✅ Un réseau solide

Construire un réseau prend du temps, il faut semer en amont sans pour autant avoir de retours concrets les premiers mois. C’est donc le moment idéal pour commencer. Là encore, tu seras plus fort quand tu te lanceras dans le grand bain, et qui sait, tu démarreras peut-être avec quelques contrats et partenariats pour lancer et développer ton activité 😉 !

✅ Plus de légitimité le jour J

Il n’est pas rare (c’est même plutôt fréquent 😁) de voir de jeunes entrepreneurs être touchés par le syndrome de l’imposteur. Tester son projet d’entreprise quelques mois, voire quelques années avant de se lancer à 100 % te permettra de gagner confiance en toi et en ton business. Tu auras, par exemple, appris à parler de ton projet en public ou sur les réseaux sociaux, eu les premiers feedbacks de tes clients (bêta-testeurs ou vrais clients) te permettant de valider ton idée. Tu ne partiras pas de zéro. Tu auras déjà expérimenté, travaillé sur tes blocages et tes peurs, tu auras la preuve que ton projet peut (et doit 😁) exister et c’est un sacré avantage de démarrer en étant plus serein.

Comment j’ai testé mon projet d’entreprise en parallèle de mon job en banque avant de me lancer

🧪 L’expérimentation

Tu ne le sais peut-être pas, mais je suis un peu trouillarde. Heureusement, ça ne m’empêche pas de passer à l’action, mais j’ai besoin d’expérimenter et ressentir pour me faire une opinion plus claire. Disons que le simple “ça va aller” et “ça va bien se passer” ne suffit pas à me convaincre… 😁, j’ai besoin de m’apporter des preuves ! C’est pour cela qu’il y a 4 ans, j’ai créé ma micro-entreprise dans le secteur de la formation, en parallèle de mon job à temps complet dans la banque. Je ne me voyais pas tout plaquer du jour au lendemain pour me lancer. J’avais besoin d’expérimenter pour me prouver que la formation était un secteur d’activité qui me plairait (la transmission, l’environnement, le cadre législatif, la création de contenu pédagogique), mais aussi qu’il y avait une réelle demande sur ce marché.

📊 Le modèle économique

Si tu me suis sur Instagram, tu sais peut-être que j’ai 3 activités : 

  • l’accompagnement de (futurs) entrepreneurs via Du jus dans le citron,
  • le courtage en prêts professionnels via La maille,
  • la formation en écoles de commerce et centres de formation.

J’ai construit mon modèle économique sur ces 3 activités, toutes complémentaires entre elles. Pour le courtage et l’accompagnement, je n’avais pas trop de doutes. Le courtage correspondait à mon quotidien en banque : des centaines d’analyses financières réalisées et autant de présentations convaincantes et négociées pour financer des projets entrepreneuriaux. Concernant l’accompagnement, j’avais suffisamment de feed-backs positifs de mes clients pour savoir que j’avais ce petit truc en plus qui leur permettait de les éclairer, prendre confiance en eux et en leur projet, de les booster et d’avancer sereinement ensemble. Cependant, pour la formation, j’avais des doutes. Je me demandais si j’allais réussir à construire des contenus de qualité, prendre la parole en public, captiver mon auditoire, avoir une pédagogie active et expérientielle, m’adapter à un groupe de 35 élèves, gérer les échanges intersessions, etc…

🐾 Les premiers pas

En 2017, J’ai eu l’opportunité d’intervenir en tant que formatrice auprès de porteurs de projet. Pour encadrer cette activité, j’ai donc créé ma micro-entreprise en parallèle de mon job dans la banque. J’ai, en amont, demandé l’accord à mon employeur (le Crédit Agricole à l’époque) pour plus de transparence, même si je n’y étais pas obligée, car je n’avais pas de clause d’exclusivité dans mon contrat. J’ai obtenu un “oui” hésitant, mais un “oui” quand même 😁, ce qui m’a permis d’y aller sans stress de ce côté-là. Lorsque 2 ans plus tard, j’ai été embauchée au Crédit Mutuel de Bretagne, à ma grande surprise, ce side project a été un plus dans mon profil ! Cette expérience a été valorisée par mes recruteurs, donc exit les croyances limitantes sur le sujet ! On ne te prendra pas forcément pour une personne dispersée et instable si tu fais plusieurs choses à la fois 🤯.

🤗 Un bilan ultra positif

J’ai pu tester pendant 3 ans cette activité avant de me lancer. Et au-delà de valider le fait que j’aimais la formation, ça a été un gain de temps incroyable pour la suite et une façon de me sentir beaucoup plus légitime ! Au démarrage, j’ai repris les cours de la personne que je remplaçais, mais j’avais du mal à me les approprier. Au fur et à mesure, j’ai créé mes propres supports, que j’ai améliorés en permanence grâce aux retours des élèves et des responsables pédagogiques. J’ai peaufiné ma méthode d’animation et construis des ateliers. Quand j’ai créé ma société 3 ans plus tard, je peux te dire que j’en avais déjà fait du chemin ! Les erreurs à ne pas commettre, les doutes, les remises en question, ont été en grande partie épongés pendant cette période de micro-entreprise où je n’avais aucune pression financière puisque mon job salarié me permettait de vivre. Tester mon projet d’entreprise m’a permis d’acquérir de l’expérience, de prendre confiance en moi, d’élargir mon réseau, mais j’ai aussi pu confronter mes prix et mon business model à la réalité du marché. Quand on sait à quel point établir ses tarifs peut être difficile au lancement de son activité, je considère que c’est un véritable atout !

J’espère que mon point de vue et le partage de mon expérience t’auront été utiles. Bien sûr, il existe plein d’autres manières de procéder et il n’y en a pas une mieux que les autres. L’essentiel est d’aller vers celle qui résonne le plus en toi. J’aimerais d’ailleurs beaucoup que tu me partages tes réflexions sur le sujet si tu es dans cette situation, tu viens m’en parler ?

Céline 🍋

Laisser un commentaire